Welcome on Share!
Discover

shared contents

Subscribe

to sources that interest you

Share

your own contents

By using Miple's services, you agree to our Privacy policy.

L'architecture Haoussa


shango
Published
October 5, 2020

L'architecture Haoussa se compose de structures d'un à deux étages en adobe. Les maisons sont construites à l'intérieur d'un grand mur qui fournit intimité et sécurité à ses habitants. Les constructions des murs sont appelées Tubali.

Les murs en Tubali sont construits en utilisant des briques de terres séchées au soleil. Ils utilisent un sol en latérite qu'ils mélangent avec de l'eau et quand c'est bien sec, ils les disposent de manière verticale.

Ces maisons ont très souvent de petites portes et fenêtres pour empêcher les mouches et les moustiques d'y pénétrer. Les sols sont très souvent décorés par les femmes. Le sol en latérite est mélangé à de la terre et disposé pour former un sol solide. Le sol est ensuite aspergé de gravier et aplatit grâce à un outil appelé Madabi.

Les matériaux utilisés sont fabriqués localement. La maison traditionnelle Haoussa est riche en termes d'innovation structurelle et d'expression et ses façades sont très expressives. Ces dernières peuvent être très complexes, en soulignant l'entrée et le mur qui l'entoure.

Ces décorations sont spécialement commandées par le chef de ménage pour transmettre un message. La conception est laissée aux artisans, mais le propriétaire est motivé par le désir d'exprimer un message social, religieux, économique ou même politique à sa communauté.

Plus la décoration est complexe, plus le ménage est riche. La décoration de façade est donc un dispositif utilisé principalement par l'élite de la société Haoussa. Les constructions et les design sont faits par des constructeurs hautement qualifiés.

Les projets de construction de colonisation et de post-colonisation introduit le ciment dans l'environnement bâti, ce qui crée de nouvelles motivations pour le plâtrage de la maison traditionnelle Haoussa.

Le plâtrage est devenu une tâche distincte dans le processus de construction, qui n'a pas nécessairement intervenu à la construction des immeubles, mais qui peut être appliqué plus tard. Le « mai shafe » ou plâtrier est devenu une nouvelle figure dans l'environnement du bâtiment et offre ses services indépendamment des délais de construction.

Malheureusement, le ciment est incompatible avec l'adobe, ce qui fait que le plâtrage se décolle du mur et la réparation des façades ensuite n'est pas aussi facile qu'avec de l'argile.

Depuis les années 1970,les maisons Haoussa traditionnelles décorées dans les villes de Zinder (Niger) ou Zaria, Kaduna, Kano (Nigéria) deviennent une chose du passé.

Il serait donc intéressant pour le ministère de la construction et des infrastructures d'encourager cette initiative de réapproriation et d'innovation de construction traditionnelle car l'architecture Haoussa est une culture, un art et un chef d'oeuvre magistral et monumental.



Ceci est l'archive de mon thread Twitter, faite par l'archiveur de threads de Share.


shango

Pas de thématique précise.